Vous êtes ici
Accueil > L'Indochine avant Pavie > La mise en place de l'administration coloniale > La Cochinchine
A- A+ Imprimer la page

L'INDOCHINE AVANT PAVIE

La Cochinchine

Malgré les difficultés de la conquête et avant même son achèvement, une organisation administrative et politique est mise en place dès les années 1860 par les amiraux. Ceux-ci détiennent un pouvoir quasi-absolu en Cochinchine, selon le modèle colonial français d'administration directe expérimenté dans les « vieilles colonies » (Antilles, la Réunion) et facilité par l'exil des mandarins. Dès 1861 la colonie est gérée par un gouverneur installé à Saïgon. Il est assisté d'un Conseil privé, assemblée consultative composée de hauts fonctionnaires civils et militaires. A partir de 1864 une direction de l'Intérieur encadre tout l'appareil administratif. Les vingt et une provinces sont sous la tutelle d'un fonctionnaire, d'abord officier de marine puis inspecteurs des Affaires indigènes. Cholon et Saïgon ont le statut de municipalité. Le gouvernement dit « des Amiraux » met en place les organismes qui permettent l'exploitation fiscale de la colonie et son développement économique, ainsi que la mise en valeur du territoire. En 1862 sont créés la ferme de l'Opium (transformée en régie en 1881), le service de l'Enregistrement et des Domaines (service du cadastre) et le service du Télégraphe (1861-1862). Le service des Travaux publics est créé en 1863 et la Banque de l'Indochine en 1873. L'appareil répressif est également mis en place : prison centrale en 1861 et bagne de Poulo-Condor en 1862.

Dès leur arrivée au pouvoir en 1879 les Républicains mettent en place une administration civile plus rationnelle séparant des pouvoirs jusque là concentrés entre les mains des amiraux et appliquant le principe d'assimilation. Les officiers de marine très critiqués par les colons sont écartés et Le Myre de Vilers est le premier gouverneur civil de Cochinchine. Le Conseil colonial, assemblée délibérante créée en 1880, rassemble des notables élus français et vietnamiens. A partir de 1881 la Cochinchine élit un député au Parlement lui permettant de jouer un rôle politique en métropole.