Vous êtes ici
Accueil > L'Indochine avant Pavie > La mise en place de l'administration coloniale > Le protectorat de l'Annam-Tonkin
A- A+ Imprimer la page

L'INDOCHINE AVANT PAVIE

Le protectorat de l'Annam-Tonkin

Comme en Cochinchine vingt-cinq ans plus tôt, la mise en place d'une administration coloniale en Annam-Tonkin précède la pacification. Elle s'avère d'autant plus longue et difficile qu'elle se heurte à l'hostilité des populations locales, à la réticence de certains milieux métropolitains et à l'attitude des autres puissances européennes qui ralentissent l'établissement d'un cadre juridique clair. Ce dernier, fixé par les traités Harmand (1883) et Patenôtre (1884), donne le statut de protectorat à l'Annam-Tonkin.

Après l'échec de la gestion administrative par les militaires, le pouvoir civil se met en place en 1886 avec la nomination du républicain Paul Bert comme résident général dont dépendent les résidents supérieurs de Hué et de Hanoï. Chacune des seize provinces du protectorat (sauf la haute région tonkinoise qui est laissée aux militaires en raison des risques de rébellion) est gérée par un résident adjoint.

Désormais le pouvoir colonial applique des principes différents pour l'administration de l'Annam et du Tonkin et s'ingénie à vider le pouvoir impérial de tout contenu. En théorie l'empereur conserve une relative autonomie, ainsi que les formes traditionnelles de son autorité, mais en réalité il perd très vite des parcelles entières de ses prérogatives et la gestion directe par le pouvoir colonial s'impose ici comme en Cochinchine au prix d'une méconnaissance profonde des structures traditionnelles de l'Etat vietnamien. L'organisation étatique du Vietnam s'appuie sur le système du mandarinat. Ces fonctionnaires (environ mille cinq cents mandarins en 1896) recrutés par les concours triennaux d'inspiration confucéenne sont désormais placés sous la tutelle de l'administration coloniale. De Lanessan, résident général de 1891 à 1894 tente une politique plus libérale rendant une partie de leur pouvoir aux mandarins et à l'empereur. Cet essai de partenariat à l'anglaise se heurte à l'hostilité des milieux coloniaux. Il se solde par le renvoi de Lanessan en 1894.