Vous êtes ici
Accueil > Le Cambodge > L'École cambodgienne
A- A+ Imprimer la page

LE CAMBODGE

L'École cambodgienne

Pour Pavie, il est indispensable de former de jeunes Cambodgiens à l'administration de leur pays auprès des résidents. « Il faut » écrit-il à Le Myre de Vilers, « que ces jeunes gens deviennent des valeurs pour le pays. N'auraient-ils que le dévouement ce serait déjà beaucoup [...]C'est un dévouement qui passe au fanatisme, ils sont à moi comme je suis à vous, j'ai plus profit de leur présence que de celle de compagnons français. Quelle force serait un groupe pareil dans la main du résident du Cambodge ! quand je pense au ramassis de crapulards et d'anciens boys auquel on est forcé de recourir et qui nous aliènent les populations bien plus qu'ils ne nous servent. »

Pavie obtient du général Bégin qui assure l'intérim du gouvernement de l'Indochine après le départ de Thomson, l'autorisation d'emmener avec lui 13 jeunes cambodgiens parlant thaï pour être instruits en France. Presque tous connaissent un peu de français, sont « intelligents, instruits dans leur civilisation, fils de fonctionnaires de mérite. » Les jeunes gens apparaissent quelquefois dans un des journaux de route de Pavie. Sur le bateau qui les emmène en France, « les Cambodgiens sont surpris par le mouvement du navire. Tous sont plus ou moins gênés par le mal de mer. Le commandant m'autorise à les amener une heure par jour dans la batterie des premières pour prendre leur leçon de français. » A Paris, Pavie est très bien accueilli par l'amiral Gallibert, ministre de la Marine et Armand Rousseau, sous-secrétaire d'Etat aux colonies. Emmanuel Goldscheider, frère du directeur des Colonies devient leur professeur. Pavie nommé vice-consul à Luang Prabang confie ses protégés à le Myre de Vilers. Pavie deviendra membre du conseil d'administration de l'école à son retour définitif d'Indochine. Installée d'abord à l'hôtel de Saxe, l'Ecole cambodgienne ira ensuite rue Ampère. En devenant en 1888 école coloniale, elle perd sa vocation première assez rapidement et forme les administrateurs français.