Vous êtes ici
Accueil > L'Homme > La famille
A- A+ Imprimer la page

L'HOMME

La famille

La famille d'Auguste Pavie est originaire de Dordogne. Son arrière grand-père était marchand teinturier. Son grand-père, Pierre, né le 22 décembre 1782 à Brantôme, est soldat de l'Empire. Conscrit aux Chasseurs il fait les campagnes d'Italie en 1806, de Prusse en 1807, d'Allemagne en 1809. Fait prisonnier il rentre en France l'année suivante. Sa destinée professionnelle le conduit en Bretagne puisqu'on le retrouve gendarme à cheval à Plancoët. En 1814 il épouse Marie Céleste Dupoux à Uzel. En 1815, tout l'ouest se soulève contre la mobilisation des gardes nationaux. L'armée chouanne reprend son combat et Dinan est assiégée. Pierre Pavie sauve d'un coup de baïonnette le vicomte Du Breil de Pontbriand qui est à la tête d'une division de volontaires royalistes, en détournant « le coup qu'il reçut lui-même dans l'épaule et traversa son habit ». Son livret mentionne cet acte de bravoure. A sa retraite il devient garde-champêtre. Il s'installe à Dinan vers 1835, dans cette petite ville pittoresque « avec ses maisons avec pignons sur rue, ses magnifques églises, ses vieilles murailles et ses rues étroites et tortueuses. » Il meurt en 1845.

Le père d'Auguste Pavie, Augustin, né en 1820, est ébéniste, puis garde-champêtre. Il épouse en 1846 Adèle Cocard une Dinanaise. Il entre également dans la gendarmerie et est affecté successivement à Loudéac, Jugan, Saint-Quay et Guingamp où il finit sa carrière comme commissaire de police. Auguste voit le jour en 1847, dans une petite maison à pans de bois, comme il y en a tant à Dinan, suivi de son frère Pierre et de sa soeur Adèle. Les enfants Pavie vivent dans ce milieu modeste, où la vie est rythmée par l'école, les fêtes locales, l'arrivée des dernières inventions comme le chemin de fer ou la photographie.