Vous êtes ici
Accueil > Autour de la mission Pavie > Quelques scènes de vie > L'éléphant
A- A+ Imprimer la page

AUTOUR DE LA MISSION PAVIE

L'éléphant

« [La cage] faite en partie de rotins, le dossier comme le siège sont en forts bambous tressés et sans aucune élasticité, mais la cage dans son ensemble offre un très grande solidité. Ce mouvement de tangage que j'ai parfaitement subi ne m'a point semblé fatigant. Je n'ai en rien ressenti ces atteintes du mal de mer. J'avoue que ce mouvement de va et vient de l'avant à l'arrière n'est pas désagréable mais je n'oserai pas dire incommode. Maintenant je dois constater à la louange de l'éléphant qu'il est peut-être lui-même la cause de toute abstention de reproches de ma part tant il m'a séduit par les soins qu'il prend à vous conduire et à vous porter. De sa trompe il tâte le terrain ne s'engageant qu'à coup sûr ; rien n'échappe à sa vue et de lui-même appuie plus à droite ou à gauche s'il a aperçu une branche d'arbre pouvant accrocher sa cage. Il est surtout extraordinaire et étonne véritablement lorsqu'on lui voit gravir les pentes les plus raides. On reste émerveillé de voir cet énorme animal monter avec une pareille facilité » (Pavie)

« Le souvenir de ces animaux paisibles massacrés inutilement et dont on pouvait tirer si grand parti en les domestiquant me rappela que depuis plus de trente ans je recueillais des notes en vue d'un travail ayant pour but la protection de l'éléphant. C'était un acte de gratitude envers des bêtes intelligentes dont plus que personne j'avais eu à me louer au cours de mes voyages. Même je considérais que c'était un devoir ». (Pavie)