Vous êtes ici
Accueil > Autour de la mission Pavie > Quelques scènes de vie > L'esclavage
A- A+ Imprimer la page

AUTOUR DE LA MISSION PAVIE

L'esclavage

[Les esclaves de ce muong] « forment des villages entiers, en majorité Khas-Leungs, transportés jadis et partagés. De père en fils, ils ne servent qu'aux seules autorités de Sakhone, vendables et irrachetables, tout leur avoir, leur travail, leur être est au maître. Et à côté d'eux il y a les innombrables esclaves pour dettes suivant le tarif coutumier du muong. Leurs enfants nés dans leur condition sont esclaves également et chose monstreuse, chacun d'eux n'est libérable que pour le montant de la dette contractée par le père. D'ailleurs ce rachat est un pur mythe, tout leur travail appartenant au maître [...] Pour une administration digne de ce nom, je vois peu de tache plus désirable que l'émancipation de cette foule de malheureux. Et cela serait, il me semble d'autant plus facile, qu'on pourrait atteindre le but tout en sauvegardant les droits acquis. Ne pourrait-on par exemple pour les travaux d'utilité publique employer de préférence les endettés, et par la rémunération de leur travail remise aux mains du créancier les amener à la libération. Je ne parle pas naturellement des esclaves transportés en masse, dont la délivrance est une œuvre d'humanité pure et une nécessité absolue le jour où le pouvoir et les revenus arbitraires des autorités seront transformés en une rente inscrite au budget du muong. Une autre amélioration à apporter à la condition des indigènes transportés serait enfin de leur rendre leurs chefs directs, sans les obliger à passer par la vassalité humiliante et abusive des étrangers. A moins qu'on admette le principe de la réintégration en masse des populations sur leur territoire d'origine. » (de Malglaive)